Un essai clinique : est-ce dangereux ?

Au-delà des expérimentations réalisées sur des animaux, les centres de recherches impliqués dans la découverte de nouveaux traitements sont accrédités par un comité garant afin de lancer une toute dernière étape qui consiste à approuver l’efficience des produits de laboratoire sur les humains. Étant donné que la physiologie chez un être humain n’est pas identique à celui d’un rat de laboratoire, il est difficile de s’attendre aux mêmes résultats. De prime abord, l’ignorance des effets des produits à tester est une preuve que les essais cliniques sont beaucoup plus risqués.

À quoi s’attendre quand on participe à un essai clinique ? Quels sont les enjeux ? Que peuvent être les conséquences ? Voici autant de réflexions qui méritent d’être menées pour se faire une idée de la présente thématique.

Les enjeux en participant à un essai clinique

Un essai clinique n’a rien en commun avec un test vidéo ludique (voir les étapes d’un essai clinique). Dans le domaine de la santé, bien avant de reconnaitre l’efficacité des produits sur les humains, il est d’abord testé sur un animal afin d’évaluer son innocuité. Cependant, pour éviter tout risque, les conditions d’accès pour devenir testeur sont assez importantes.(voir notre article)

Certes, les enjeux sont des cobayes humains, mais cela n’implique forcément pas des conséquences drastiques. L’intérêt que des humains prennent part aux études cliniques est de pouvoir vérifier l’efficacité du traitement et non son agressivité. Si c’était pour étudier sa nocivité sur les humains, l’étape test sur des animaux n’aurait pas alors son sens. L’intervention de l’homme au cours de ces expériences est donc primordiale pour trouver la dose parfaite pour un traitement meilleur. Il est obligatoire de faire certains essais thérapeutiques sur l’homme bien avant la commercialisation d’un médicament.

Les incommodités auxquelles on s’expose

Selon le type de l’expérimentation à mener, les inconvénients varient. Dans le cadre d’une étude clinique, il est probable que les protagonistes ne soient pas soumis au bon traitement. Effectivement, il peut arriver que la molécule administrée ne soit pas celle qu’on espérait. Dans le meilleur des cas, la thérapie peut poindre inactive et la conception du médicament devra être donc revue. Dans ces circonstances, toute l’étude est remise en cause. Pour cela, une nouvelle collecte de données (sanguines) devient vitale. Par ailleurs, la participation à un essai peut avoir des impacts sur le mode de vie. Certains traitements exigent par exemple un changement de régime alimentaire tandis que d’autres requièrent plus de temps et beaucoup plus d’attention du participant.

Les essais cliniques ont un certain nombre d’avantages et de petits inconvénients malheureusement. En dépit du fait que l’ampleur de ces expérimentations accorde une rétribution rationnelle, les aléas auxquels les participants sont exposés ne sont pas dangereux comme on pourrait le penser. La preuve, il est rare d’entendre dire qu’un essai clinique a mal tourné et qu’on déplore quelques pertes de vies humaines.